© 2015 - Grafik Design : JFK

 

 

En cette année 1963 Herbert A. Gilbert enregistre ce brevet, validé en 1965 en Pennsylvanie qu'il intitulera « une cigarette sans fumée ne contenant pas de tabac ».

Ce dispositif ambitionnant de remplacer le tabac et le papier par de l’air chauffé et aromatisé.  Plusieurs industriels approchèrent à cette époque monsieur Gilbert avec le souhait de produire cette cigarette new age à grande echelle, mais son invention ne fut jamais commercialisée !

Herbert A. Gilbert

 

L'on se doute aujourd'hui de combien de groupes de pression inter planétaires n'y virent que des soucis et autres sources de problèmes dévastateurs... tout du moins concernant leur confortable assise et lourde main mise sur les produits du tabac, gigantesque source de profits inter galactiques et intemporels !

Même si le schéma suggère un objet très proche des premières cigarettes électroniques sorties sur le marché début 2000, le principe est légèrement différent. Dans le corps du brevet il est expliqué que l’air est chauffé et passe à travers une cartouche aromatisée (d’ou l’absence de vapeur).

 

L’inventeur agé aujourd’hui de plus de 80 ans pense que tous les brevets actuels s’inspirent du sien. Il concède tout de même que les fumeurs accordent une grande importance à la gestuelle et à l’aspect visuel de la fumée. Or,  contrairement à nos cigarettes électroniques modernes, son modèle ne produisait pas de vapeur ayant un aspect visuel proche de celui de la cigarette classique.

L'E-Cigarette,  l' invention qui est en train de chambouler la vie de millions de fumeurs sur notre planète

Il est, de nos jours, relativement acquis d'attribuer son origine au chinois Hon Lik à l'orée des années 2000. Pourtant l’idée n’est pas nouvelle et une multitude de brevets furent déposés antérieurement. 

La première idée d’un vaporisateur électrique

 35 ans plus tard un nouveau brevet déposé

En 1927 monsieur Joseph Robinson enregistre un brevet approuvé et publié par l’United Stat Patent Office en 1930 !

 

Si le but à cette époque n’est pas de proposer une réelle alternative aux fumeurs, les vapoteurs contemporains se prêteront à sourire à la lecture et la découverte de la description de cette invention incongrue de monsieur Robinson s'exprimant ainsi :

Brevet J. Robinson

« Mon invention concerne des dispositifs de vaporisation contenant des composants médicinaux qui sont chauffés électriquement afin de produire des vapeurs à vocation d'inhalation. Elle offre un dispositif à usage individuel pouvant être librement manipulé sans aucune possibilité de se brûler et qui est hygiénique, très efficace et si simple que n’importe qui peut l’utiliser. »

 

La définition moderne d’un vaporisateur personnel ou cigarette électronique n'est pas si éloignée que cela… et il faut bien avouer

que le croquis adossé au brevet se rapproche diablement de nos cigarettes électroniques dont nous profitons aujourd'hui.

 

Par contre le brevet, à aucun moment ne parle du tabac et d’une alternative à la cigarette. Il est donc difficile dans ces conditions

de dire que monsieur Joseph Robinson a inventé la cigarette électronique.

 La cigarette électronique inventée dans un rêve ?

En 2000, le pharmacien chinois et fumeur invétéré, Hon Lik aurait eu l’idée de la cigarette électronique dans un rêve selon ses propres mots : «  »L’idée de la cigarette électronique m’est venue dans un rêve .

J’avais de la toux et une respiration sifflante, j’imaginais que je me noyais, jusqu’à ce que soudain les eaux autour de moi se sont levées dans un brouillard « .

 

Mais ce n’est qu’en 2003, suite à la mort de son père par un cancer du poumon, et voulant éviter de subir le même sort que Lik a concrétisé l’idée de son rêve et a créé la première cigarette électronique.

      Le premier schéma de la cigarette électronique moderne

 

Le premier brevet de Hon Lik a été enregistré officiellement à l’United State Patent Office en 2004. Brevet de la cigarette électronique moderne. Il présente une « invention concernant une cigarette électronique avec atomiseur qui contient de la nicotine sans la nocivité du goudron. ( et autres + de 5.000 poisons ). L’avantage de cette invention est de pouvoir fumer sans goudron et donc de réduire significativement les risques de cancer. De plus les utilisateurs continuent d’avoir la sensation de fumer, la cigarette n’a plus besoin d’être allumée et il n’y a plus de risque d’incendie ». Même s’il y a eu de profondes améliorations à ce premier brevet, le principe de base reste le même : un liquide est vaporisé à l’aide d’une résistance chauffée alimentée par une batterie.

 

Aujourd’hui les modèles sont tout de même plus évoluées avec la possibilité de recharger la cigarette électronique soi-même avec du liquide. Par ailleurs certains éléments comme les clearomiseurs sont aujourd’hui conçus pour ne plus avoir aucune fuite ou goût désagréable de brûlé. La plupart aujourd'hui sont démontables pour faciliter leur nettoyage, sont plus écologiques car il suffit de changer une petite pièce pour leur donner une seconde vie.

Hon LIK